dimanche 13 décembre 2015

SEJOUR DE NOVEMBRE 2015

L'ANNEE 2015....



Après la chute et le départ de Blaise Compaoré le 31 octobre 2014, le Gouvernement de Transition, chargé d'assurer la gestion du pays et d'organiser les élections présidentielles, allait se trouver confronté à de nouvelles difficultés. Le 16 septembre, le Général Gilbert Diendéré, ex bras-droit de l'ancien président, dirigeant de la "garde présidentielle", s'emparait du pouvoir par les armes, et prenait en otage le président Michel Kafando et le premier ministre Isaac Zida. Une nouvelle fois, le soulèvement populaire qui en résulta et les pressions internationales mettaient un terme à ce coup d'état, non sans que le sang ne soit versé, puisque 31 civils ont trouvé la mort lors de ces journées. Le 23 septembre, le gouvernement de transition siégeait de nouveau, le régiment de la garde présidentielle était dissout, et les élections présidentielles étaient repoussées au 29 novembre 2015. Dans tout le pays, la sécurité était renforcée par un couvre-feu, et des contrôles routiers assurés par la gendarmerie, la police et l'armée. Les frontières terrestres étaient elles aussi renforcées depuis qu'un poste militaire avait été attaqué au nord-ouest par des djihadistes venus du Mali.

C'est donc dans ce contexte un peu particulier que je suis arrivé à Zanrcin le 23 novembre. Joie des retrouvailles tempérée par beaucoup d'empathie sur les événements qui venaient de secouer la France le 13 novembre. Une nouvelle fois, j'ai pu mesurer la distance qui sépare les musulmans paisibles de Zanrcin, et les terroristes de Daesh.

Si j'ai constaté la présence des militaires à chacune de mes sorties de Zanrcin, pour Mogtedo, Zorgho ou Ouagadougou, j'ai aussi pu voir les équipes de campagne (électorale) de 3 candidats consommer à la même terrasse de café en toute quiétude, ou coller des affiches à coté d'une affiche rivale sans la décoller....

A Zanrcin, la saison des pluies a été très difficile. De violentes pluies et des inondations ont fait de nombreux dégâts dans tout le village. Pas une concession n'a été épargnée offrant un peu partout la vue de cases ou de murs effondrés.

Chez Isaca

Chez David

Chez Boukari

Le cabinet de consultation

Chez Adama



Les cultures vivrières (mil, maïs, riz) ont souffert également. Inondations suivies par 12 jours de sècheresse puis nouvelles pluies violentes ont amputé les récoltes d'environ 40 à 50% de leur rendement habituel. Hamado n'aura que 3 à 4 sacs de riz. Boukari, le président des jeunes n'a qu'un grenier à mil au lieu de deux....

Le Maraîchage

Le maraîchage n'a pas été épargné non plus. La totalité des cultures commencées en juin a été perdue. Quatre utilisateurs plus motivés ont tenté de reprendre un cycle de culture en vain, leurs efforts étant anéantis lors de la deuxième vague de pluies....
Novembre et décembre sont des mois de gros travaux: cueillette du mil, moisson du riz, construction des greniers, battage, récolte du fourrage pour les animaux, etc.... Mais la date du 5 janvier 2016 a d'ores et déjà été fixée pour la reprise des travaux de maraîchage.


La Maison des Jeunes et de la Culture


Trois jours avant mon départ, j'avais la joie de recevoir un courrier des Editions Hachette, acceptant de financer le projet à hauteur de 4000.00 Euros. Nous adressons tous nos remerciements à ce nouveau partenaire et plus particulièrement à Mademoiselle Éléonore Doosterlinck qui s'est hautement impliquée dans le parrainage de ce projet.
Nous avons donc profité d'un voyage à Ouagadougou pour effectuer quelques achats, la période d'avant-Noël étant propice pour le choix des jeux, De plus, à l'issue d'une année difficile pour les commerçants, le moment était favorable aux négociations tarifaires pour le matériel audiovisuel.

Visite des jeunes et remise de deux jeux de maillots de football
(Merci à Bruce) et de trois ballons (merci Patrick!)


Déjà cinq jeux de société achetés à Ouagadougou.

Quelques soirées à apprendre à Hamado à jouer à ces nouveaux jeux.
Il sera chargé de transmettre  aux jeunes 

... et après la partie....

Deux séances de projection ont ainsi permis de tester le matériel ("Papillon" et "La chute du faucon noir"), dans une salle équipée de deux ventilateurs installés par nos soins.

 Le projecteur et l'ampli.

35 spectateurs



Après avoir rencontré le directeur de l'école, j'ai pu rédiger le projet de bibliothèque qui se situera au sein de la MJC. Celle-ci sera mise en place lors du prochain séjour, en tenant compte des souhaits exprimés.

PROJET BIBLIOTHEQUE A LA MAISON DES JEUNES
  
BUT :
Les enfants scolarisés ont pour habitude de lire exclusivement (ou presque) dans le cadre scolaire, dans l’enceinte de l’école. Rares sont ceux qui ouvrent un livre hors programme scolaire, chez eux.
Le projet a pour but de les habituer à lire en dehors de ce cadre, des ouvrages en rapport avec leur programme scolaire, mais aussi d’autres ouvrages susceptibles d’éveiller leur curiosité.
Au niveau de l’école primaire, ils pourraient par exemple aller à la bibliothèque une fois toutes les deux semaines, accompagnés par leur enseignant, qui pourra ainsi les guider sur leurs choix de lecture, la bibliothèque pouvant également être source de documentation et de recherches en rapport avec le programme scolaire.
Dans un deuxième temps, une fois prise l’habitude de fréquenter le lieu, le prêt de livres leur permettra de lire à l’extérieur les ouvrages de leur choix.
Les collégiens auront accès également, ainsi que tout villageois désireux de lire.

 CONTENU DE LA BIBLIOTHEQUE :

Livres « scolaires » : (budget 200.000 CFA)
-          Livres de lecture pour l’école primaire
-          Encyclopédies pour enfants
-          Livres d’éveil pour les plus jeunes
-          Ouvrages de littérature au programme du collège
-          Dictionnaire
-          Annales des examens du Certificat d’Etudes Primaires, et du Brevet des Collèges

Livres « loisirs » : (budget 200.000 CFA)
-          Romans français et Africains
-          Contes Français et Africains

Ouvrages de pédagogie : (budget 50.000 CFA)
-          Au libre choix des enseignants

Vidéothèque : (budget : 50.000 CFA)
-          DVD de dessins animés ou de découverte

MOYENS MIS EN ŒUVRE ET FONCTIONNEMENT :
Tous les livres devront être protégés par une couverture, étiquetés et numérotés, répertoriés dans un registre, afin de pouvoir assurer le suivi des prêts. Une fiche collée à l’intérieur permettra d’identifier les emprunteurs. Le prix du livre sera affiché sur la couverture.

L’ensemble sera rangé dans une armoire fermée à clé, et un responsable devra être désigné (il pourra être aidé, en cas de manque de disponibilité, par une autre personne désignée).
Les prêts ne pourront se faire qu’à la condition que les parents de l’enfant aient signé et accepté le règlement de la bibliothèque, afin d’éviter disparition ou dégradation de l’ouvrage.



Les consultations


Le cabinet de consultation ayant été détruit par les inondations, les quelques consultations demandées ont dû se faire sur la table sous la paillotte. La "vieille Alimata" soigne sa lèpre diagnostiquée en mai. Sa mobilité reste très réduite en raison des douleurs, et elle n'a pas pu faire de bissap cette année (d'autres femmes du village nous en ont vendu!).

Alimata et son traitement

Livraison du bissap

De tout un peu....

La boucherie à Zorgho

A l'école, on apprend aussi à faire des briques

Un visiteur du matin...

On fait les foins!

Hamado dans sa boutique

Un autre visiteur du matin, le Naaba.










Aucun commentaire:

Publier un commentaire